samedi 6 septembre 2014

Côté PMA : Endométriose ou comment finir en FIV

Dans mon article précédent, je vous explique que je suis atteinte d'une endométriose. Je vais donc faire un petit topo pour celles et ceux qui ne connaissent pas. C'est une maladie qui doit sortir de l'ombre, elle stigmatisent trop souvent les femmes qui en souffrent car il est difficile de faire comprendre aux gens qui vous entourent que vous ne pouvez pas vous lever ou aller travailler juste parce que vous avez vos règles.

Pour faire simple, l'endomètre qui est sensé se développer dans la cavité utérine, va se balader dans d'autres parties de la cavité abdominale. Cela veut dire que l'on peut le retrouver sur et dans les trompes, les ovaires, vessie ... Et peut même, dans mon cas, s'attaquer aux intestins, avec risque d'occlusion. Ils peuvent également remonter jusqu'aux poumons. Ces "morceaux" d'endomètre qui se sont déposés n'importe où, se mettent à saigner en fin de cycle, mais les saignements ne peuvent pas s'évacuer correctement, ce qui entraîne une inflammation des tissus et des douleurs abominables. Elle est aussi responsable de kystes ou tumeurs bénignes appelés des endométriomes.

Un petit dessin pour replacer le tout dans son contexte !!

Une petite citation du Professeur Canis, qui me suit depuis 2012 pour l'endométriose :
La littérature scientifique regorge d'études aux résultats très divers. On peut vraisemblablement dire qu'environ 5% des femmes en âge d'avoir un enfant pourraient être atteinte d'endométriose. Selon les recherches, cette proportion pourrait atteindre 20 à 40% chez les femmes stériles, 40 à 50% chez les femmes souffrant de douleurs pelviennes ... Mais plus souvent, la fourchette varie entre 5 et 60%. On peut par ailleurs soupçonner un sous diagnostic de cette maladie."

Donc maladie méconnu, mais également mal diagnostiquée. 

Les symptômes sont pourtant nombreux :
- Règles très douloureuses et abondantes
- Douleurs pouvant être dans toute la partie abdominales
- Apparition de kystes
- Infertilité (30 à 40% des cas)
- Crise de douleur pendant les règles en urinant, ballonnements, troubles gastro-intestinaux (diarrhée, nausée, conspiration)

Le professeur qui nous suivait en FIV nous avait expliqué qu'il y avait 5 stades en endométriose et que j'avais un bon stade 4. 

Ouais youpi, j'ai pas le plus grave !!!! 

J'ai été diagnostiquée en 2004. A cette période, j'avais tellement mal que je ne pouvais pas toujours aller travailler mes semaines de règles. Mais allez expliquer cela à votre patron vous !! Bon courage. Ces semaines là, votre meilleur ami, c'est votre anti-inflammatoire !!

Après un diagnostic et une opération (laparotomie) avec une cicatrice de 14 cm en 2004, un gynécologue incompétent et de mauvais conseils (j'y reviendrai un autre jour) et une immense perte de temps, nous voila, mon mari et moi,partis pour l'aventure FIV fin 2006.

Cette maladie ne m'a pas seulement empêché de tomber enceinte, elle est également douloureuse physiquement et psychologiquement. Sexuellement, elle vous perturbe vous et votre couple, il faut assumer que vous ne puissiez pas donner un enfant à votre conjoint, prendre pleine tête chaque échec et chaque grossesse des copines .... Bref j'en passe tellement.



Ce sujet est particulièrement sensible à mon coeur, notre combat n'est toujours pas terminé d'ailleurs. J'aurai l'occasion de refaire des articles sur ce thème. Mon envie est surtout de partager mon histoire afin que tout ceux qui se retrouvent dans cette situation, aient la chance de pouvoir répondre à leurs questions, de ne pas tomber dans certains pièges, et d'avoir tous les choix possibles qui s'offrent à eux. L'infertilité est difficile à vivre, on se sent seul avec nos décisions et le passage en FIV déclenche tellement d'interrogations. Il faut en parler, ne jamais rester avec les points ?????? , Vous serez plus sereinsen sachant où vous allez.

Alors n'hésitez pas à partager !!!